Les Zones à Circulation Restreinte (ZCR)

Depuis 2016 et l’entrée en vigueur de la loi de transition énergétique de nouvelles zones ont fait leur apparition : les Zones à Circulation Restreinte (ZCR). Tâchons à travers ces quelques réponses d’y voir plus clair dans ce dispositif mis en place dans plusieurs endroits en France.

Les ZCR, pour Zones de Circulation Restreinte, sont des zones précises, délimitées à la rue près dans lesquelles certains véhicules ne peuvent pas circuler.
Toutefois il existe différents types de ZCR. En effet certaines sont définies à l’année et ne change pas, ce qui limite les véhicules qui peuvent s’y trouver en permanence. D’autres ne concernent que les périodes de pics pollution ou sont mises en place sur décision de la municipalité ou de la Préfecture.

Paris intra-muros est d’ores-et-déjà la plus grandes ZCR de France. Cela signifie que tout véhicule qui n’est pas éligible à l’obtention d’une vignette Crit’Air ne peut pas circuler.

Concrètement, cela signifie que tous véhicules non-concernés par les vignettes Crit’air sont tout simplement interdits de circulation sous peine de se voir remettre une amende en cas de contrôle des forces de police. Cette interdiction s’applique de 8 heures à 20 heures, tous les jours de la semaine.

Il existe plusieurs exceptions dans Paris même, ainsi qu’aux abords de la capitale.
En effet, les deux bois qui entourent Paris (à savoir le bois de Boulogne à l’ouest et le bois de Vincennes à l’Est), ne sont pas considérés comme des zones à circulation restreinte bien qu’ils soient officiellement dans Paris.
Par ailleurs, les boulevards périphériques intérieurs et extérieurs ne sont pas inclus également. Cela permet donc aux véhicules n’étant pas autorisé à traverser la ville de pouvoir la contourner de manière simple et rapide.
De plus de nombreuses dans paris intra-muros ne sont pas concernées par la mise en places des ZCR et du dispositif Crit’Air.

La liste complète est relativement longue. Vous pourrez la retrouver via ce lien .

D’autres ZCR existent dans les grandes agglomérations françaises, à l’image de Grenoble ou Lyon-Villeurbanne. Toutefois, contrairement à Pairs, elles ne sont pas permanentes. C’est-à-dire qu’elles ne deviennent des zones de circulation que pendant les épisodes de grande pollution. Ainsi lorsque les taux de particules fines ou toutes autres alertes relatives à des pics de pollution sont détectés, certaines voitures ne peuvent plus circuler après un certain nombre de jour consécutifs d’alerte.

Ces nombres de jours et le type de véhicules interdits de circulation dépendent de chaque agglomération.
Saint-Etienne, Dijon, Strasbourg, Bordeaux, Rouen et la métropole du Grand Lyon ont toutes lancé des études pour l’appliquer à leur tour.

Tout conducteur qui circule dans une zone de circulation restreinte à bord d’un véhicule non autorisé s’expose à une amende. Celle-ci n’est pas la même selon le véhicule concerné.

Ainsi, le conducteur d’un véhicule de deux, trois ou quatre roues est passible d’une amende de 68 euros.
Si le conducteur verbalisé est au volant d’un poids lourds, le prix de l’amende s’élèvera alors à 135€.